Tenir bon, mais pas que …

20 Avr 2020 | Articles

Nous entrons dans un espace d’expérimentation. Si les différentes mesures annoncées ce 12 mars contraignent, elles ouvrent aussi une suspension de la norme sociale, un chamboulement de la hiérarchie des obligations collectives, et donc un espace de nouveauté.

L’autorité contraint, mais autorise aussi…

porte entrouverte

Dans le même geste, elle ferme et ouvre. C’est l’autorisation d’un changement de rythme, de comportements individuels et collectifs différents, un test inédit et massif. Qu’allons-nous en faire ? Qu’allons-nous en retenir ?

Si cela signifie des difficultés majeures pour vous, dans votre vie personnelle, professionnelle ou pour votre entreprise, sur quels réseaux de solidarité pouvez-vous vous appuyer ? Êtes vous prêt-es à les activer, à demander de l’aide ? Si vous en manquez, lesquels pouvez-vous mettre en place ?

Oui la peur est là aussi, plus ou moins prégnante selon les personnes. Quelle place lui laissons-nous ? Est-ce que nous entendons ce qu’elle dit de nos fragilités et de nos forces ? Est-ce que nous la laissons prendre le volant ? Si nous ne la laissons pas nous paralyser, elle nous permet de mobiliser nos ressources, notre énergie, tentons de l’utiliser au mieux ! Voyons aussi toute la force de vie, la capacité d’adaptation collective que nous démontrons, elles nous aident à ne pas céder aux scénarios pessimistes.

Pour les entreprises, c’est le moment ou les structures se révèlent… Face à un ralentissement, un empêchement, une crise, est-ce que l’inquiétude, la responsabilité repose sur une seule personne ? Quelle est la réactivité, la capacité d’adaptation du collectif, comment se prennent les décisions ?

C’est le moment de tenir bon mais aussi de regarder ce que cela dit, ce que vous ne souhaiterez pas revivre autant que ce dont vous serez fièr-es.

Individus, entreprise, corps social, peut-être aussi pouvons nous observer ce qu’il peut y avoir d’agréable dans certaines de ces configurations nouvelles, regarder les priorités qui nous viennent, vivre les journées ralenties, moins remplies… Nous autoriser à les ressentir, les apprécier et, peut-être, envisager de les conserver, de les transformer en habitude.

De ce moment, accepter de regarder nos fragilités pour y mettre nos forces ensuite, prendre ce qu’il y a de bon et s’autoriser à le garder.

Si vous sentez le besoin d’ouvrir un espace d’accueil et d’intégration, à titre individuel ou pour vos équipes,

Si cela fait tanguer votre organisation et que vous avez besoin de prendre du recul et d’y voir clair,

Contactez-moi, la visioconférence n’empêche pas l’intelligence collective 😊

marie@menthe-poivree.fr