Pourquoi la collapsologie est une bonne nouvelle ?

20 Avr 2020 | Articles

Ces derniers mois, les concepts d’effondrement et de collapsologie trouvent un écho grandissant en France. D’ouvrages en web séries documentaires ou en podcast, ces concepts se déclinent en différents scénarios futurs, nous offrant une grille de lecture sociétale et une perspective pour demain et après-demain. Ce message répond à notre besoin de comprendre, d’anticiper, de contrôler.

Aucun texte alternatif pour cette image

Il résonne avec nos peurs de finitude, de perte, d’insécurité. Comme beaucoup j’ai été entrainée dans cet effroi paralysant, et j’ai consommé beaucoup d’énergie à en sortir ! J’ai tourné et retourné le sujet pour dépasser le premier effet glaçant.

C’est en regardant ce qu’il dit en creux que j’ai vu d’autres possibles se dessiner… Je vous livre ces quelques pistes, si cela peut vous faire gagner un peu de temps (et d’insomnies 😉).

Collapsokoi ???

La collapsologie est une tentative de construire une science d’hypothèses pour le futur, à partir de phénomènes passés. Ce faisant elle conclut que la prédominance techno-scientifique n’est pas durable. Elle montre que l’hypothèse de maîtriser le présent pour contrôler l’avenir ne fonctionne pas. C’est en fait un aveu d’échec de la science toute puissante… Et c’est donc l’occasion de redonner à la démarche scientifique sa juste place, celle d’excellent outil pour analyser le monde, mais surtout de la compléter par d’autres formes de compréhension du monde, par d’autres intelligences, et ainsi réhabiliter le lien direct au vivant, sans se mettre à distance dans une blouse blanche.

La bonne nouvelle c’est donc cette place laissée par la science elle-même, à coté d’elle, pour appréhender le monde, et le gisement d’outils potentiels qui s’offre à nous (et à vous !).

Mais qui me parle ??

Il ne me semble pas neutre que ce soit majoritairement des hommes blancs diplômés scientifiques qui sonnent l’alerte. Dans notre système de pensée, poètes et spirituels relayant le même type de message ne passeraient pas la barre de la bizzarerie… Les collapsologues portent aussi la parole de ceux qui ont, et qui ont donc le plus à perdre à un effondrement éventuel. Ils font avec nous l’expérience du risque de perdre, du lendemain qui n’est pas garanti. Même les plus privilégiés voyant l’impasse, c’est donc aussi un aveu d’échec des systèmes de domination (des humains sur d’autres humains, des humains sur les non humains, …).

La bonne nouvellec’est justement que leur discours est situé, d’un point de vue privilégié, qui ne peut percevoir l’inventivité, la résilience et la force disponible dans les marges, dans les bordures du système.

Bienvenu.es dans le monde de la marge, du hors centre, des ‘minorités’ et des discriminé.es, c’est ici que se trouvent les nouvelles réponses nécessaires !

Aucun texte alternatif pour cette image

En décalant le regard, nous pouvons voir et saisir les opportunités émergeant de la complexité du monde. En déconstruisant quelques idées reçues et modes de fonctionnements limitants, nous créons l’espace nécessaire à l’émergence d’une version mise à jour de nos organisations.

(Besoin d’aide pour le faire ? n’hésitez pas à me contacter 😉)

Et vous, avez-vous traversé cet effet paralysant ? partagez-nous comment dans les commentaires !